FÊTE SANS BALLONS


Accueil

Les ballons doivent disparaître, pas la fête !

Les ballons sont des symboles de célébration, ils évoquent la fête, la joie, la convivialité… mais lâchés en l’air, ils finissent dans l’océan et menacent notre environnement. De nombreuses tortues marines, dauphins et oiseaux les confondent avec leur nourriture et en meurent.

Le Gouvernement Princier, la Fondation Prince Albert II de Monaco et l’Institut océanographique unissent leurs forces pour mener l’initiative « Fête sans ballons » afin d’inviter les citoyens à contribuer, à s’engager, en proposant des idées, des alternatives qui seraient tout autant festives  mais plus écologiques : ensemble, inventons une fête qui fait aussi plaisir aux tortues marines…

Que devient un ballon une fois lâché…

Un ballon lâché s’élève dans le ciel, jusqu’à ce qu’il se dégonfle ou que la diminution de pression atmosphérique ne le fasse éclater en de multiples fragments. Ces débris retombent alors sur terre et en mer loin de leur point de lâcher. Selon le Programme des Nations Unies pour l’environnement (UNEP), les ballons sont dans le top 10 des déchets récréatifs retrouvés sur le littoral. Ils peuvent parcourir des milliers de kilomètres et polluer les endroits les plus reculés et les plus intacts.

…et quelles sont les conséquences en mer ?

Les ballons ont un impact négatif sur notre environnement en polluant les ruisseaux, les lacs et les plages. Lâcher un ballon revient à la même chose que de jeter intentionnellement des ordures au sol ou dans l’océan.  Lorsque les ballons se fraient un chemin dans l’eau, leurs extrémités en lambeaux et leurs morceaux flottants peuvent ressembler à des méduses ou à d’autres espèces marines qui sont consommées par des animaux marins comme les tortues de mer, les poissons et les dauphins. Lorsque ces morceaux sont confondus avec de la nourriture et ingérés, ils peuvent se loger dans le tube digestif d’une tortue par exemple, empêchant l’animal de manger et causant une mort lente et douloureuse.

Cette jeune tortue caouanne Caretta caretta d’une vingtaine de centimètres prise en charge par le Musée océanographique a eu la vie sauve in extremis quand elle a pu évacuer le ballon de baudruche qu’elle avait ingéré.


ET SUR TERRE ?

La faune terrestre peut également être victime des ballons et des ficelles de ballons lorsque les morceaux tombent au sol le long des routes, des rivières ou sur les arbres et les buissons. Des oiseaux ont été retrouvés blessés avec des rubans enroulés autour de leur bec ou de leurs ailes et se sont étranglés lorsqu’ils se sont empêtrés dans des ficelles attachées à des arbres ou des lignes électriques. Et tout comme les animaux marins, ils peuvent succomber après avoir ingéré des ballons. Malheureusement, près de la moitié de toutes les espèces d’oiseaux de mer sont susceptibles d’ingérer des débris. On a également découvert des débris dans des nids et observé que les oiseaux nourrissent leurs petits avec.

Galerie de photos

DE QUELS BALLONS PARLE-T-ON ?​

Ce sont les « Ballons libres non habités ne transportant pas de charge utile (notamment, les ballons de baudruche et lanternes volantes sans charge utile ou transportant des charges utiles négligeables telles que des cartes de correspondance) ». Ces ballons sont à usages récréatifs, de loisirs ou commémoratifs. Ils sont polluants par leur enveloppe, par la tige en plastique rigide ou par le ruban ou attache dont certains modèles sont équipés.

Eclate-toi sans ballons

Les ballons de baudruche sont généralement fabriqués par polymérisation, et sont, en conséquence, non biodégradables. Bien qu’il existe des ballons portant la mention « 100 % biodégradable », il faut savoir que le terme biodégradable n’a aucun caractère normatif ou réglementaire. De plus, cette dégradation ne s’effectue que dans des conditions spécifiques au bout d’un temps déterminé.

Même qualifiés de « biodégradables », les ballons restent nocifs pour l’environnement et dangereux pour de nombreux animaux. Il est donc déconseillé de les lâcher en l’air !

LES ALTERNATIVES : APPEL à IDÉES

Il existe déjà certaines alternatives comme les bulles de savon naturel, les pompons de papier, les bougies, cerfs-volants ou moulinets, les fanions, banderoles…
Si l’utilisation de ballons vous est inévitable alors gardez vos ballons à l’intérieur pour réduire le risque de déchets accidentels, assurez-vous que les ballons extérieurs sont solidement fixés, évitez d’utiliser des ballons en mylar non biodégradables (pelliculés) et assurez-vous que tous les ballons et accessoires (comme les clips et les rubans) soient ramassés.
Vous pouvez également laisser libre-cours à votre imagination et qui sait quelle idée créative, unique en son genre vous pourriez trouver ! N’hésitez pas à nous en faire part sur la page Facebook de notre initiative !

Rejoindre notre groupe Facebook

Pour en savoir plus


le site du ministère de l’environnement

Voir aussi

Editions_Meduses

Nos Éditions


VOIR

Mapping_Buyle

Les Explorations de Monaco


découvrir

1 SAS-Albert-Ier-sur-passerelle

Les grandes figures de l’Institut


EXPLORER